Accueil» SAISON 1 - C'est Central » le programme
SAISON 1 - C'est Central
El Baile / Mathilde Monnier
El Baile / Mathilde Monnier

El Baile / Mathilde Monnierarticle 27, danse

dim 03.12 /// 20:00 /// durée : 1:30
Le Théâtre /// place Communale /// La Louvière
Pour cette nouvelle histoire dansée d’une humanité oubliée, le tango évidemment, l’âme de l’Argentine, intemporelle, populaire, toujours vivante.
Très librement inspiré du spectacle culte Le Bal, et transposé en Argentine, El Baile réunit Mathilde Monnier et Alan Pauls dans un même élan chorégraphique. Avec la volonté "de conter ce que l’histoire fait (faire) aux corps".

Il y a dans cette tentative d’invention d’un bal argentin d’aujourd’hui, le souhait d’aborder l’histoire d’un pays, l’Argentine, dans la sédimentation de "petites" histoires quotidiennes, de celles que l’Histoire ne retient pas. La musique, marqueur du temps qui passe, puise dans la diversité et le métissage des musiques sud-américaines, rythmée par des chaussures à talon ou des baskets, fredonnée a cappella ou syncopée par les battements de mains


 

Il y eut d’abord un spectacle fédérateur, Le Bal, imaginé par Jean-Claude Penchenat avec la compagnie du Théâtre du Campagnol en 1981 et retraçant une histoire populaire de la France depuis la Libération. Aujourd’hui ce Bal se réinvente en El Baile dans le Buenos Aires allant de 1978 à nos jours. Et surtout, El Baile devient un autre projet, riche des histoires personnelles des danseurs pour notamment "explorer les mythologies argentines, ce qui reste des générations perdues, des révolutions dansées". Un pays fait de tango et de foot, de rock et de contestation. 
"Tirer de l’histoire tout ce qu’elle peut encore nous offrir", selon Mathilde Monnier qui retrouve la scène avec, comme compagnon de route, l’écrivain Alan Pauls. Ils ont imaginé une pièce sans parole portée par une douzaine d’interprètes argentins, un bal où il s’agit de "capter l’énergie ou la non-énergie de chaque époque". Un imaginaire collectif gorgé de musique et de danse pour dire le temps qui passe. 
Philippe Noisette

Mathilde Monnier occupe une place de référence dans le paysage de la danse contemporaine française et internationale. De pièce en pièce, elle déjoue les attentes en présentant un travail en constant renouvellement.

Conception et chorégraphie : Mathilde Monnier et Alan Pauls / avec : Martin Gil, Lucas Lagomarsino, Samanta Leder, Pablo Lugones, Ari Lutzker, Carmen Pereiro Numer, Valeria Polorena, Lucia Garcia Pulles, Celia Argüello Rena, Delfina Thiel, Florencia Vecino, Daniel Wendler / dramaturgie : Véronique Timsit / scénographie et costumes : Annie Tolleter / création lumière Eric Wurtz / création son : Olivier Renouf / conseil musical Sergio Pujol / coaching vocal : Barbara Togander, Daniel Wendler / assistante chorégraphique : Marie Bardet / répétitrice en tournée : Corinne Garcia / collaboration artistique : Anne Fontanesi / diffusion internationale : Julie Le Gall - Bureau Cokot / production et collaboration artistique : Nicolas Roux

Très librement inspiré du spectacle Le Bal sur une idée originale et une mise en scène de Jean-Claude Penchenat,
création collective du Théâtre du Campagnol. Production Le Quai Centre dramatique national Angers Pays de la Loire En coproduction avec Chaillot - Théâtre national de la danse / Festival Montpellier Danse 2017 / Théâtre de Namur / CTBA - Teatro San Martin - Buenos Aires / Théâtre-Sénart scène nationale / La Bâtie - Festival de Genève. Avec le soutien de la Direction Générale de la Création Artistique du Ministère de la Culture (France).