Accueil» Centritudes » 13 communes... » ... un territoire !
13 communes...
... un territoire !

Déployée autour de La Louvière, sur deux arrondissements judiciaires (Mons et Charleroi) et trois arrondissements administratifs (Soignies, Mons et Charleroi), bordée au nord par le Brabant wallon et Nivelles, au sud par la frontière française et la Thudinie (région de Thuin), à l'est par le Pays de Charleroi, à l'ouest par la région de Mons et du Borinage, la région du Centre ne constitue pas une entité politique ni administrative mais bien une région socio-économique et culturelle dont la circonscription varie selon les groupements, mouvements et organismes qui s'y intéressent.

La région du Centre fait partie de la Province de Hainaut, anciennement Région ou Comté de Hainaut-Picardie, telle qu'on la retrouve au Moyen-âge déjà. Le concept même de région du Centre est tardif, il a été créé en 1832 pour lier douze communes réparties entre les bassins charbonniers du Borinage et du Pays noir, d'où l'appellation se référant à la zone au "centre" de ces deux pôles


Depuis la création de la Belgique, la région a connu des hauts et des bas économiquement, avec un sommet atteint à la fin du XIXe siècle, lorsque les charbonnages puis la sidérurgie en ont fait un lieu prospère et dominant dans le pays et en Europe.



Malgré l'imprécision de ses limites, le Centre est perçu comme une région à part entière par ses habitants, surtout par ceux de sa partie médiane. C'est une région réputée accueillante et ouverte vers l'extérieur; elle a connu d'importantes vagues d'immigration successives, amenant des travailleurs d'Italie, puis de Turquie et du Maghreb (Maroc et Algérie principalement), attirés par l'importante offre de travail parallèle aux développements industriels. Plus tard, la région a connu une autre vague d'immigration, moins dense, de travailleurs d'Europe de l'Est (Pologne) et d'Afrique (Congo, Rwanda).

Ces intégrations ont progressivement composé une population multiculturelle, facteur de richesse pour la région.



Située au cœur de l'Europe, la région est proche des principaux pôles économiques et culturels du continent.

La région du Centre est une plaque tournante au croisement de plusieurs voies de communication. Elle est traversée par les axes autoroutiers E19 et E42 qui relient Lille à Cologne d'une part et Paris à Amsterdam d'autre part. Le Canal du Centre relie les bassins de l'Escaut et de la Meuse (via le canal Bruxelles-Charleroi) et s'impose comme le chaînon européen entre les bassins de Lille, Maastricht et Bruxelles-Anvers.

A moins de quinze minutes se trouve le Brussels South Charleroi Airport. L'aéroport de Bruxelles national se situe à environ 30 minutes.

La dorsale wallonne la traverse, offrant un accès direct à Liège, Mons, Namur, Charleroi, Tournai; une accès direct vers Bruxelles, aussi. Elle est quadrillée par les lignes TGV Bruxelles-Paris et Paris-Cologne-Amsterdam.



Histoire-géo

La région du Centre est née d'une volonté, en 1832, de lier douze communes réparties entre les bassins charbonniers du Borinage et du Pays de Charleroi. Une situation au cœur de multiples axes de communication rendant la zone particulièrement accessible et des paysages verdoyants traversés par des voies d'eau favorisant le développement d'activités de loisirs sont ses principaux atouts. La capitale reconnue de cette région est La Louvière, entité peuplée de 80.000 habitants. Aujourd'hui, Merbes-le-Château a réjoint la Communauté urbaine, s'inscrivant comme treizième entité partenaire auprès de : Anderlues, Binche, Braine-le-Comte, Chapelle-lez-Herlaimont, Ecaussinnes, Estinnes, La Louvière, Le Rœulx, Manage, Morlanwelz, Seneffe, Soignies.


Socio-économique

L'économie de la région est liée étroitement au développement des industries du charbon, du métal, de la pierre et du verre. Constituée d'une population multiculturelle et d'une forte tradition industrielle garantissant une main-d'œuvre technique de haut niveau et un tissu dense d'entreprises de tailles diverses, elle offre en outre la présence de pôles de compétences et d'expertises particulières en matière de chimie, de pétrochimie, de fabrication métallique, de transport, de logistique, d'extraction de pierre et petit granit, organisés en entreprises de plusieurs centaines et parfois de plusieurs milliers de travailleurs et en entreprises de filières annexes de plus petite taille, en de nouvelles structures de taille très nettement moindre.



Le Centre, c'est aussi une région caractérisée socio-économiquement. La région a une population de 260.000 habitants. Statistiquement, on note : un pourcentage important de population issue de l'immigration, principalement italienne, une forte densité de population, une population plutôt jeune et féminine, une déficience d'emploi plus forte que dans l'ensemble du pays, un taux de chômage élevé, un travail salarié réparti entre 45% d'ouvriers et 55% d'employés (Wallonie : 39/61 ; Belgique : 40/60), un emploi développé dans l'industrie et les services publics, des entreprises majoritairement de très petite taille : 90% d'entre elles ont moins de 20 travailleurs.

Les projets réalisés grâce aux financements européens dans le cadre de l'Objectif I ont permis à la région de faire un saut qualitatif appréciable. 
Il s'agit donc bien pour les acteurs régionaux de poursuivre avec détermination le chantier du développement régional.


Arts, culture, folklore, tourisme

A la fois verdoyante (parcs et châteaux), riche d'un patrimoine architectural industriel (cité minière du Bois-du-Luc, Canal du Centre, ascenseurs à bateaux inscrits au patrimoine de l'humanité par l'UNESCO) et historique (château de Seneffe, château-fort d'Ecaussinnes-Lalaing, collégiale romane de Soignies, remparts de Binche) unique, d'un folklore réputé mondialement (carnavals - Binche, La Louvière - Goûter matrimonial d'Ecaussinnes), la région présente de nombreux attraits touristiques. Son histoire est peuplée d'artistes dont la réputation a de très loin dépassé les frontières (Pol Bury, Achille Chavée, Julos Baucarne, Franco Dragone). De très nombreux lieux et institutions animent sa très riche vie culturelle : musées (Centre de la gravure et de l'image imprimée, Musée Royal de Mariemont, Centre Kéramis, Musée inernational du Masque et du Carnaval), salles de spectacle (Théâtre de La Louvière, Théâtre de Binche, Espace Victor Jara à Soignies, Salle Baudouin IV à Braine-le-Comte), centres culturels, compagnies de théâtre, etc.



La personnalité régionale s'inscrit dans le folklore par la tradition du carnaval, dont Binche est le foyer. Cette tradition s'est étendue à la quasi totalité des communes et s'est maintenue à travers les ans malgré l'apport de populations nouvelles.



En région du Centre, l'histoire est aussi indissociable de la culture et les XIXe et XXe siècles auront vu naître dans les communes plusieurs courants artistiques d'envergure mondiale. En octobre 1935 déjà, le surréalisme trouvait à La Louvière une terre d'accueil : Chirico, Magritte, Dali, Ernst, Miro y étaient exposés. Par la suite, ce furent les Louviérois eux-mêmes qui sortirent du lot : Achille Chavée, Pol Bury, le Daily-Bul d'André Balthazar, etc. Aujourd'hui, la vie artistique est toujours aussi grouillante et... impertinente !



Le développement culturel contribue indubitablement au développement de la région.
Le maillage institutionnel, la vitalité des institutions culturelles de la région, le dynamisme de leurs dirigeants constituent des atouts de choix dans la politique de développement global.